logo

L’atelier

Le travail débute par un marouflage minutieux de la toile pour obtenir une texture lisse et caressante. Ce papier est l’épiderme de son œuvre. Le ballet commence avec le fusain.

En quelques secondes, l’essentiel est dit. La rapidité de l’exécution donne de l’élan au geste et permet de donner à ses personnages cette impression de mouvement continu.

Saisir le mouvement permet de supporter la frustration du temps qui court.

Ensuite, c’est un long travail de précision. Les fusains sont broyés dans un mortier afin d’obtenir une poudre noire et subtile. La poudre domptée par les pinceaux de maquillage vient caresser la surface du papier donnant naissance à l’épiderme des personnages.

Après ce souffle retenu, c’est le moment de la transe, autour du personnage le fond s’anime de matière, de grands coups de pinceaux, de giclure, bombe, pochoir, collage, arrachage, débordement, graphisme, brûlure, mots, couleurs acidulées ou rompues selon le baromètre de ses humeurs, fougue et virtuosité. Elle crée un monde avec ses propres icônes.

Tactile, mouvementée, son œuvre se nourrit de passion et de sentiments enfouis.

Action painting

Modèles